Elections locales: le compte a rebours a commencé

Le compte à rebours pour les élections municipales, régionales et des députés à l’Assemblée nationale vient de commencer. Le gouvernement mauritanien a adopté, ce 21 juin, un projet de loi convoquant le collège électoral pour les élections d’été prochain. Une décision qui vient mettre fin à des rumeurs sur le report de ces élections annoncé par la presse. Cette dernière avançait comme raisons, les difficultés financières pour débloquer le budget de la CENI, son problème de personnel, la tenue dans les délais du recensement à vocation électorale et les recours déposés par l’UFP et l’institution de l’opposition démocratique.
Le texte, adopté par le conseil des ministres fixe le premier tour date des scrutins au 1er septembre 2018, après une campagne électorale calée entre le 17 et le 30 août 2017.
Désormais l’ensemble des partis politiques ayant décidé de participer à ces compétitions savent à quoi s’en tenir. Une course contre la montre pour se préparer. Réactiver les staffs, préparer les candidatures, sensibiliser les citoyens, ce qui exige de moyens conséquents. Humains et financiers.
La décision du gouvernement intervient au moment où le principal parti de la majorité présidentielle (UPR) met en place, sur l’étendue du territoire national, ses instances de base en place et réceptionne les candidatures aux élections. On verra ce que cela va donner parce que les mauvais choix de ce parti ont toujours occasionné des défections. Et comme cette année l’éventail des partis engagés est large, les transfuges ne manqueraient pas de trouver des points de chute parce que nombre de partis cartables ne disposent pas de cadres ou de personnalités à candidater. A suivre

Lecalame

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
18 × 15 =