sommet de l’UA: des reformes profondes a la résolution pacifique des conflits

De l’avis même de M. Faki, le combat contre la corruption doit être global en 2018, car la corruption prive l’Afrique de près de 50 milliards de dollars, chaque année.

Placé sous le thème «Remporter la lutte contre la corruption: une voie durable pour la transformation de l’Afrique», Les travaux du 31ème sommet des Chefs ont eu à traiter cette question cruciale en vue d’assurer l’essor économique du continent.
Le choix du thème confirme l’engagement de l’UA de lutter contre ce fléau, à travers la mise en place de différents mécanismes. De l’avis même de M. Faki, le combat contre la corruption doit être global en 2018, car la corruption prive l’Afrique de près de 50 milliards de dollars, chaque année.
Pour lui, toutes les nations africaines «sont concernées, d’une manière ou d’une autre, à des échelles plus ou moins grandes.
La paix et la sécurité ont focalisé l’attention des dirigeants africains qui ont examiné les moyens pour faire face à la radicalisation et à l’extrémisme violent, principaux facteurs de la menace terroriste. Le président de la commission de l’UA n’a pas cessé d’affirmer que les problèmes de l’Afrique doivent être résolus par les Africains eux-mêmes. Le règlement des situations de crise et de conflit au Sahel, en Libye, au Soudan du Sud et au Mali, notamment, face au terrorisme et à ses différentes connexions, relève de la seule responsabilité des Africains.
Il a donc été question des mécanismes pour se prémunir contre le terrorisme, initiés de concert par les pays africains , la lutte contre ce fléau doit se faire avec une approche globale alliant développement économique et dé radicalisation.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
14 + 29 =